C’est une  pratique tirée de Jacques 5, 13-16 :

Quelqu’un parmi vous est-il dans la souffrance ? Qu’il prie.
Quelqu’un est-il dans la Joie ? Qu’il chante des cantiques.
Quelqu’un parmi vous est-il malade ? Qu’il appelle les anciens de ‘Eglise, et que les anciens prient pour lui, en l’oignant d’huile au nom du Seigneur ; la prière de la foi sauvera le malade, et le Seigneur le relèvera : et s’il a commis des péchés, il sera pardonné.

Dans notre région, une équipe formée soutient activement ces célébrations depuis une quinzaine d’années. L’Église, qui affirme sa foi et sa confiance en Dieu, propose  l’onction d’huile à tous ceux qui vivent un temps de maladie, de deuil, de stress, de rupture ou de toute autre situation difficile.

Par son action douce et bienfaisante, l’huile rappelle l’amour et la tendresse de Dieu qui pose sa main guérissante sur les blessures et les souffrances des humains. C’est le signe que le Christ veut adoucir et guérir nos plaies: physique, psychique, intérieure ou spirituelle. Il nous invite à L’accueillir et à Le laisser agir…en étant ouverts à toute réponse de Dieu, peut-être inattendue, et à Lui faire pleinement confiance.

Dire la présence de Dieu à quelqu’un qui souffre, porter une attention particulière, individuelle, durant un culte avec cène, c’est faire appel à la prière de la communauté. C’est prendre soin les uns des autres  par un geste, une odeur, un toucher.  Ce n’est pas un acte magique, mais un acte de foi de celui qui demande et  reçoit l’onction. Elle peut être renouvelée aussi souvent que le besoin s’en fait sentir. Elle peut être suivi par un accompagnement personnel.

COMMENT SE PASSE L’ONCTION?

Après la cène, trois chaises sont disposées dans le choeur de l’église.

Lorsqu’une chaise est libre, une personne désirant recevoir la prière et l’onction va s’y asseoir.

Alors, trois membres de l’équipe l’entourent. L’un d’entre eux demande à la personne son prénom, lui donne l’onction et prie pour elle. Puis la personne retourne à sa place.

Pendant le temps où l’onction est donnée, l’assemblée est invitée à prier.