Samedi 18 août 2018

Jésus-Christ victime d’expiation pour les péchés du monde entier (1 Jean 2,1-6)


Lire le texte

Le but, selon l’auteur de la lettre, est une vie de sainteté, conforme aux instructions divines. Connaître Dieu, c’est garder ses commandements (v. 3). La piété de la Torah est élargie à l’enseignement de Jésus, où la communion avec Dieu et avec Jésus se vérifie en ceci : garder ses commandements (v. 4), garder sa parole (v. 5), marcher dans la voie où lui a marché (v. 6). Et alors, « l’amour de Dieu est accompli » (v. 5), la vérité s’incarne dans un mode de vie et renvoie à celui qui rend ce mode de vie possible, Jésus. Le témoignage johannique embrasse la foi vétérotestamentaire, y compris sa compréhension du péché comme obstacle à une vie instruite par Dieu. Ce ne sont dorénavant plus les prêtres qui ouvrent la voie à la purification et au pardon par les sacrifices et l’intercession, c’est la mort du Christ et son Christ. Le sacrifice de Jésus ouvre les frontières, il ne touche plus un seul peuple ou une seule communauté, mais il est fondamentalement inclusif en expiant les péchés du monde entier (v. 2). En Jésus, le Créateur retrouve l’ensemble de sa création et l’invite à cheminer non seulement en conformité, mais en communion avec lui.

Ira Jaillet

Prière: Seigneur, tout ce que tu es et fais touche tout, du plus haut au plus bas, du plus éloigné au plus près. Tu es le Dieu de la vie entière et du cosmos. Nous pouvons être ceux et celles en qui « l’amour de Dieu est accompli ». Quelle aventure !  

Référence biblique : 1 Jean 2, 1 - 6

Commentaire du 19.08.2018
Commentaire du 17.08.2018